le terrorisme societal

Article : le terrorisme societal
Étiquettes
19 décembre 2017

le terrorisme societal

1er Octobre 2017 Stephen Paddock, retraité âgé de 64 ans ouvrait le feu sur une foule venue assister à un concert en plein air à Las Vegas aux Etats Unis. Bilan, au moins 58 morts et des centaines de blessés. Mardi 31 octobre 2017 toujours aux Etats Unis 8 personnes meurent à New York après une attaque terroriste au véhicule bélier qui faucha des cyclistes et des passants. L’auteur de l’attentat est un jeune Ouzbek de 29 ans installé aux États-Unis depuis 2010. Plus récemment, toujours aux États-Unis dans une petite ville de l’État du Texas, un homme entre dans une église et ouvre le feu, faisant 26 morts et 20 blessés.

Le point commun entre ces différents attentats, c’est qu’ils ont été perpétrés par des individus que rien ne pouvait identifier comme de potentiels terroristes. L’État islamique a revendiqué l’attentat de Las Vegas mais tout porte à croire qu’en réalité, le sexagénaire a agi seul.

De plus, l’EI qui est actuellement en guerre profite de toutes ces situations tragiques pour montrer son influence. Quant au jeune Ouzbek qui a perpétré l’attentat de New York, s’il a affirmé agir au nom de l’État islamique, rien ne montre qu’il ait pu bénéficier d’un quelconque soutien venant de la nébuleuse terroriste. Nice et Marseille en France, Barcelone en Espagne ont aussi connu ce genre d’attaque.

Ces actes isolés, imprévisibles et très difficile à anticiper risquent de s’enchaîner dans le futur. Qu’est-ce qui pousse donc ces individus, qui n’ont aucun antécédent criminel et qui se sont bien intégrés dans leur communauté, à commettre de telles atrocités ? Les réponses sont multiples et évidentes: les inégalités et la dégradation de notre société sont des exemples.

Il n’est un secret pour personne que notre société moderne est en train de créer des individus sans repères, complètement désorientés, qui se transforment en prédateur. L’Afrique continent de toutes les inégalités deviendra sans doute l’épicentre des attaques de ces terroristes nouveaux genres.

 Le mal être des oubliés

À mon humble avis, les attentats à la voiture bélier et les fusillades risques de devenir fréquents dans plusieurs pays du monde. Bien vrai que dans un passé récent, les attentats étaient menés par des commandos terroristes très bien entraînés, endoctrinés, et prêt à tuer au nom « d’Allah » il est évident, aujourd’hui, que monsieur tout le monde est un potentiel terroriste.

Notre société n’a jamais été aussi mal en point, les jeunes sont désemparés par les perspectives obscures qui s’offrent à eux. Laissés à eux-mêmes ils sont des millions à se battre chaque jour pour survivre, ils n’ont plus d’ambitions, leurs rêves s’éteignent et il ne leur reste plus qu’une seule option : la survie

D’autres, voulant échapper à cette existence, succombent à l’appel des vendeurs d’illusions. Ainsi ils sont des millions à prendre, chaque année, des risques terribles, dans le but d’aller chercher un minimum de dignité ailleurs. Malheureusement, ceux-ci déchantent très vite.

Ils sont nombreux, ceux qui périssent aux larges des côtes occidentales ou dans le désert du sahel ou d’Amérique centrale, notamment à la frontière États-Unis Mexique. Récemment, une vidéo montrant des migrants qui étaient vendus aux enchères en Libye, devenu la plaque tournante de l’immigration clandestine en Afrique a suscité stupeur et indignation.

Nous savons tous que ces pratiques étaient monnaies courantes et il aura fallu cette vidéo pour que nous commencions à nous indigner. Voilà tout le paradoxe.

Les migrants, qui malgré tous ces obstacles réussissent l’exploit d’arriver à destination sont vite appréhendés par les autorités sur place et renvoyés quelques jours après vers leurs pays d’origine.

Voyez par vous-même, un individu qui n’a plus d’espoir, qui souffre le martyre, qui n’a fait que subir durant toute sa vie, que lui reste-t-il ? la vengeance et la haine. Vous me direz sans doute envers qui ? Envers sa société, cette société qui n’a pas pu ou qui n’a pas voulu le soutenir. Il s’évertuera dès lors à faire subir à sa société ce qu’il a subi.

Constat terrible, imaginer le nombre d’individus qui sont dans de telles situations et vous conviendrez avec moi pourquoi le spectre du terrorisme va planer pendant encore longtemps sur l’avenir du monde.

De plus notre société actuelle a tendance à stigmatiser, à marginaliser des individus qui deviennent des reclus sociaux. L’injustice, l’intolérance, la méchanceté sont autant de facteurs qui contribuent à radicaliser beaucoup de personnes.

 A quand la prise de conscience collective

Aujourd’hui, on a une image trop caricaturale du terroriste. Le prototype du terroriste dans l’esprit des masses est le suivant : individus de confessions musulmanes à forte pilosité faciale prêchant un islam radical et commettant des tueries au nom « d’Allah ». Il est vrai que les images et vidéos de propagande d’Al Quaïda avec en chef d’orchestre le sinistre défunt Oussama Ben Laden, et les vidéos de décapitation d’otages de l’EI ont renforcé l’image de ce terrorisme dans les consciences collectives

Cependant, force est de constater qu’aujourd’hui le terrorisme est partout. Je suis désolé de le dire,  mais chacun d’entre nous est un potentiel terroriste. Nous avons tous des limites et si nous les franchissons, nous pouvons vite devenir incontrôlables.

Il nous revient donc à repenser totalement nos mœurs, nous devons absolument arrêter de mettre à l’écart, des personnes qu’on juge trop instable pour la société, il faut écouter et aider sans relâche ces personnes.

Comme le disait le président français dans l’hebdomadaire Jeune Afrique N°2962 du 15 au 21 octobre : « notre réponse au terrorisme doit être à la fois sécuritaire, économique, culturel, social, éducative » c’est tout dire de l’immense chantier qui nous attend.

  •  La responsabilité des dirigeants

Je lance cet appel aux chefs d’État du monde entier :

Messieurs les Présidents, nous vivons actuellement une période trouble de notre histoire commune. Vos concitoyens n’espèrent plus et ne croient plus en vos discours. Lasser de se sacrifier au profit de vos politiques économiques incohérentes, ils n’en peuvent plus et ils se sentent trahis pendant qu’au même moment, une poignée d’individus extrêmement privilégiés bénéficient à outrance de vos politiques et s’enrichissent de jour en jour.

Allez-y comprendre donc le sentiment d’injustice qu’éprouvent vos compatriotes. Si à cela on ajoute vos discours haineux, empreints d’animosités à l’égard de certaines couches sociales de vos pays, vous renforcer ce sentiment d’injustice et par ricochet vous formez de futurs terroristes.

Des présidents, au nom de la puissance de leurs nations, se permettent de taxer les citoyens d’autres pays, de terroristes interdisant ces derniers de séjourner dans son inoubliable patrie.

Imaginer donc le ressentiment de ces millions de gens accusés à tort et sans preuve. Messieurs les présidents, vous vous rencontrez à chaque fois lors des sommets internationaux, vous vous enfermez dans des bureaux à huis clos, et vous décidez d’octroyer des moyens colossaux à vos différentes armées pour selon vos dires endiguer le terrorisme.

Ce que vous oubliez Messieurs les présidents, c’est que le terrorisme est partout. Un étudiant, un fonctionnaire, un ouvrier, un artisan, bref tout citoyens que nous sommes, pouvons décider à tout moment d’aller acheter une arme, prendre une voiture, sortir dans la rue et commettre l’irréparable.

À moins de vouloir perpétrer  des tueries jamais encore vu, je ne vois pas actuellement comment vous voulez combattre le terrorisme en vous focalisant sur le plan sécuritaire.

Messieurs les présidents, nous avons trop souvent l’impression que vous êtes en déphasage très avancé avec les réalités de ceux qui vous ont élu, vous devez revoir urgemment vos politiques, soyez à l’écoute de votre peuple, comprenez votre peuple, et surtout respecter votre peuple.

Ce n’est qu’ainsi, que s’il y a une confiance réciproque entre gouvernants et gouvernés que l’on pourrait commencer à trouver des pistes de solutions au terrorisme.

Sinon, pour l’instant à chaque jour qui passe nous perdons du terrain face au terrorisme car le désespoir, la peur, la frustration, l’injustice font le lit du terrorisme.

Partagez

Commentaires