#MondoCorrespondance: Au Burkina Faso, la corruption à la vie belle

Article : #MondoCorrespondance: Au Burkina Faso, la corruption à la vie belle
Étiquettes
8 janvier 2018

#MondoCorrespondance: Au Burkina Faso, la corruption à la vie belle

Mon frère Ritzamarum Zetrenne la corruption, ce serpent de mer qui a la faculté de se faufiler dans tous les rouages de la société doit être combattu avec vigueur. Malheureusement, ici au Burkina Faso la corruption se porte bien, tellement bien qu’elle touche tous les secteurs d’activité du pays.

Il est devenu fréquent de voir dans les différents médias de la place des faits de détournements de fonds, d’enrichissements illicites, de trafic d’influence et bien d’autres. Eh oui au Burkina Faso, pays supposé des hommes intègres la corruption a encore de beaux jours devant elle. En effet les principaux faits de corruption se déroulent au plus sommet de l’État.

Des hautes autorités épinglées

Des ministres, des directeurs de grandes institutions et compagnies ont plusieurs fois été épinglés pour détournement de fonds. Éric Bougouma, ministre des infrastructures avait fait face récemment à plusieurs cas de corruption. Il lui était reproché une gestion mafieuse dudit ministère où les pots-de-vin étaient monnaie courante.

Malheureusement l’affaire n’est pas allée bien loin malgré les preuves évidentes qui pesaient contre lui car le sieur Bougouma est un membre influent du Parti au pouvoir MPP (Mouvement du peuple pour le progrès). Ces accusateurs ont été traité de calomniateurs et il a vite été lavé de tous soupçons et continue de jouir de son poste de ministre avec les avantages. Tu retrouvera ici tous les dessous de l’affaire : https://lefaso.net/spip.php?article78266

Nathalie Somé, présidente du CSC (Conseil Supérieur de la communication) a été il y a quelques mois, écroué à la MACO (Maison d’Arrêt et de correction de Ouagadougou) pour fait de détournements de fonds s’élevant à quelque 600 millions de FCFA environ 91 millions d’euro. Elle médite actuellement sur son sort en attendant son jugement si jugement il y en a car le secteur de la justice est l’un des secteurs les plus corrompus du pays.

D’ailleurs à la fin de l’article je te livrerai le classement des secteurs d’activité les plus corrompus du pays. Tout dernièrement c’est le directeur général du FAFPA (Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle) qui a été éclaboussé par une affaire de corruption mais qui a été relaxé dans des conditions pas du tout claires. Lisez l’article ci-dessous:

FAFPA: l’ancien DG s’octroierait un bonus frauduleux de 10 millions par mois

Des affaires comme celles-ci, il y en a beaucoup et ceux qui ont été appréhendés ne représentent que la face visible de l’iceberg. Il est vraiment dommage que les plus hautes autorités du pays soient les principaux acteurs de cette corruption qui a vraiment gangrené mon pays. Cependant lorsque ces corrompus sont pris la main dans le sac, ils ne sont malheureusement jamais inquiétés car gravitant autour du Parti au pouvoir.

Les pauvres citoyens qui assistent à ces faits honteux, n’ont que leurs yeux pour pleurer car ils pensaient avoir élu des hommes et des femmes honnêtes, intègres et vertueux pour les guider. Malheureusement ces autorités n’en ont cure et ne pensent qu’à leur propre intérêt, une fois arriver au pouvoir.

La responsabilité des citoyens

La corruption est devenue un vrai fléau social tant, elle joue un rôle actif dans la vie de tous les jours. Aujourd’hui il est devenu pratiquement impossible de se procurer un document administratif sans, comme on le dit chez nous ‘’ gratter la poche  » c’est-à-dire essayer de corrompre quelqu’un pour avoir un service en retour.

En effet pour se procurer rapidement des documents comme les extraits d’acte de naissance, les jugements supplétifs, les certificats de nationalité… il suffit d’accoster un agent administratif et lui tendre un billet de 2000 FCFA (soit 4 euro) et le tour est joué, vous aurez vos documents en quelques heures. Allez-y sans l’intention de corrompre et il vous faudra une semaine, voire plus pour entrer en possession de vos documents.

Je vais te raconter un cas personnel. Il y a quelques jours je me suis rendu au commissariat de police de ma ville pour y faire légaliser mon extrait d’acte de naissance, j’y trouvai une foule de personnes et donc naturellement je me suis mis dans le rang. À 12h30mn, les agents arrêtèrent la réception des dossiers, ils devaient prendre une pause de 30 minutes et reprendre à 13 h. J’ai donc cherché un endroit pour attendre patiemment l’heure de reprise.

Quelques minutes plus tard un autre usager vînt vers moi et me demanda si le commissariat était fermé. J’ai répondu par la négative et lui signifia que les agents de police étaient justes en pause et qu’ils reprendraient le service dans 30 minutes. L’usager prît donc place à mes côtés. Vu le temps qui défilait et devant l’absence des agents de police mon voisin s’impatientait et me dit :

« mon frère, j’ai beaucoup à faire, regarde les 30 minutes sont passées et ils ne sont toujours pas là, je vais aller voir l’agent qui est à côté de la voiture ».

En effet, juste quelques mètres devant nous, il y avait un agent de police adossé à une voiture qui était en communication. Mon voisin se dirigea donc vers lui, ils échangèrent quelques mots et se mirent à l’abri des regards derrière la voiture. J’essayais de les observer et quelques instants plus tard, le policier avec un dossier en main se précipita à l’intérieur du commissariat. Mon voisin revînt vers moi et me dis tout heureux :

« mon frère, c’est bon j’aurai mon document dans peu de temps, j’ai gratté la poche, tu ne vas pas gratter pour toi aussi, ça fait longtemps que tu es là, me demanda-t-il »

Moi, comme tu peux l’imaginer j’étais ahuris et je lui répliquai : « mon frère c’est honteux ce que tu as fait, nous nous plaignons à longueur de journée que nos dirigeants sont corrompus, et c’est avec de tels agissements que tu crois que nous allons vaincre la corruption. Nous devons avoir de bonnes habitudes et montrer à nos autorités que le peuple est honnête et intègre »

Tout amuser le monsieur répondît :

« mon frère, c’est quel gros français tu as parlé comme cela, dans ce pays-là c’est comme ça qu’on fait et on va continuer à faire comme ça. Toi qui es propre là ça fait combien de temps tu es assis ici »

Au même moment, l’agent de police ressortait du commissariat et appela le monsieur. Mon voisin venait ainsi d’obtenir ses documents en un temps-record. Ce dernier me fit un signe de la main en guise d’au revoir, le tout avec un sourire narquois. J’étais vraiment sonné par les propos de mon voisin et la scène à laquelle je venais d’assister m’a refroidi. Je venais d’assister à un acte de corruption, qui plus est, un acte de corruption envers un agent de police. Quel paradoxe

Quant à mon extrait d’acte de naissance je n’ai pu l’établir que 2h plus tard avec toute la mauvaise foi des agents de police. Tous les domaines d’activité du pays sont touchés. Ainsi, sur le plan de la santé quand on se rend dans les formations sanitaires si on ne « gratte pas la poche » on n’est pas pris en charge, idem pour l’éducation. C’est tout dire de l’ampleur du fléau.

L’on voit clairement que les responsabilités sont partagées et, chaque citoyen joue un rôle majeur dans ce cercle vicieux, d’où l’impérative nécessité de changer de comportements. Il faut que les Burkinabès comprennent qu’ils doivent jouer un rôle essentiel dans la lutte contre la corruption et ce à tous les niveaux. Certes, éliminer totalement la corruption relève de l’utopie car il y aura toujours des brebis galeuses, mais nous pouvons travailler à l’amoindrir.

Ce sera un long processus. Ritzamarum, Si les Burkinabés veulent voir leur pays emprunter le chemin du développement, et sortir du marasme économique dans lequel il est actuellement plongé, ils sauront se réveiller car la corruption est grandement responsable, de la léthargie dans laquelle se trouve le pays. Des signes annonciateurs prouvent que la donne est en train de changer.

Les syndicats, commencent à mener des campagnes de sensibilisation et dénoncent de plus en plus les faits de corruption au sommet de l’État.

manifestations de la CCVC(Coalition Contre la Vie Chère et l’Impunité) pour dénoncer la mal gouvernance et la corruption

Il y a de cela trois mois un mouvement d’humeur du syndicat de police avait défrayé la chronique. En effet les policiers protestaient contre la gestion gabégique de l’institution et dénoncèrent avec preuve à l’appui les actes de corruption dont se sont rendus coupables plusieurs hauts gradés. Des enquêtes ont été menés mais, comme toujours, dans ces genres d’affaires impliquant des autorités les accusés n’ont pas été inquiétés et continuent d’occuper confortablement leurs fonctions.

 

des policiers de la brigade anti criminalité en grève pour réclamer plus de transparence et de probité de la part des hauts gradés
des éléments de la compagnie républicaine de sécurité rejoignent ceux de la BAC

 

Comme j’ai eu à le dire, c’est un long processus et il faudra plus d’audace, de détermination, de volonté pour mener à bien cette lutte.

Pour finir,  Ritzamarum je te livre le classement des secteurs d’activité les plus corrompus selon le rapport 2016 du REN-LAC (Réseau National de Lutte Anti-Corruption)

1er: Marchés publics

2e: Douane

3e: Police municipale

4e: DGTTM (Direction Générale des Transports Maritimes et Terrestres)

5e: Impôts

6e: Justice

7e: Administration générale

8e: Enseignement secondaire

9e: Trésor public

10e: Gendarmerie

11e: Police nationale

12e: Santé

13e: Mairies

14e: Enseignement supérieur

15e: Education nationale

16e: SONABEL (Société Nationale d’Electricité du Burkina Faso)

17e: CNSS (Caisse Nationale de Sécurité Sociale)

18e: CARFO (Caisse Autonome de Retraite des Fonctionnaires)

19e: ONEA (Office National de l’Eau et de l’Assainissement)

Partagez

Commentaires