Tour de France : le top départ, Bobo et moi n’avons attendu que ça

Article : Tour de France : le top départ, Bobo et moi n’avons attendu que ça
28 août 2020

Tour de France : le top départ, Bobo et moi n’avons attendu que ça

Le monde du sport a été terriblement affecté cette année par la pandémie du coronavirus, l’Euro de football, les Jeux Olympiques et d’autres grands rendez-vous sportifs furent reportés à des dates ultérieures. Le Tour de France, la mythique course cycliste qui devait normalement se tenir en Juillet dernier a été ramené en fin août.

Entre temps, les amoureux de la Petite Reine (dont je fais partie) ont eu très peur que la course cycliste la plus prestigieuse du monde soit purement et simplement annulée vu que la maladie à coronavirus continuait de se propager. Le virus est encore présent et les autorités françaises sont mobilisées comme jamais pour circonscrire la maladie. C’est dans ce contexte exceptionnel que sera donné ce samedi 29 août dans la belle ville de Nice, le top départ de la 107e édition du Tour de France. Durant trois semaines de courses, les meilleurs coureurs du monde feront vivre un grand spectacle aux amoureux du vélo et du sport en général. De mon côté, je vais vous faire partager ma passion du vélo et du Tour de France durant ces trois semaines.

Jusqu’au 20 septembre, je mettrai en avant certains des moments forts du Tour de France, les coureurs et les étapes qui ont magnifié la Grande boucle, faisant de cette compétition l’un des plus grands événements sportifs du monde. Je vous ferai vivre également la passion du vélo depuis ma ville de Bobo-Dioulasso qui est une terre de cyclisme et où le Tour de France est beaucoup suivi. Moi et mes coéquipiers du vélo de Bobo-Dioulasso et de l’AS Sifa attendons impatiemment le top départ de la grande boucle pour découvrir de nouvelles techniques de course. À Bobo-Dioulasso, la magie du Tour de France est perceptible, on voit des personnes de tous les âges assis devant les écrans de télévision pour admirer et soutenir les forçats de la route. Depuis que je réside à Bobo-Dioulasso, la période du Tour de France permet à de nombreuses personnes de pratiquer le vélo, la magie s’opère seule, c’est pour cela que j’aime et pratique le vélo.

Les coureurs cyclistes de Bobo-Dioulasso n’attendent que le top départ de la grande boucle- Crédit photo Amos Traoré

Cette année, le Tour de France s’annonce palpitant, le parcours est spectaculaire et contrairement à certaines éditions, la concurrence sera de taille cette année. Le jeune Colombien Egan Bernal, de l’équipe INEOS-Grenadier aura à cœur de ramener pour la deuxième fois le maillot jaune à Paris, mais ça ne sera pas simple car il ne manquera pas de concurrents.

Selon moi, les principaux adversaires du jeune Bernal sont Tom Dumoulin, qui me fait chaque fois penser au légendaire Miguel Indurain ; et Primoz Roglic de l’équipe néerlandaise Jumbo Visma. Le premier, ancien vainqueur du Tour d’Italie est toujours fort à cette période de l’année et le second est sans doute dans la fleur de l’âge actuellement. Le Slovène, ex-skieur a fait une démonstration de sa forme actuelle lors du dernier Critérium du Dauphiné (l’une des plus grandes courses du World Tour) où il a écrasé la concurrence faisant très mal à un certain Egan Bernal qui n’a pas pu tenir le rythme.

Les Colombiens seront partout

Autres favoris au maillot jaune, Esteban Chaves (Michelton Scott) un autre Colombien, Rigoberto Uran, encore un autre colombien qui évolue au sein de l’équipe américaine Education First. Il y a aussi l’italien Fabio Aru ancien lauréat du Tour d’Espagne qui revient à son meilleur niveau et qui peut prétendre au titre.

N’oublions pas les éternels outsiders qui sont très souvent placés mais rarement vainqueurs, ce sont ces genres de coureurs qui donnent toute sa beauté au Tour de France. On peut citer Richie Porte (Trek Segafredo), le valeureux Dan Matin (Israel-Start up Nation) l’instinctif Mikel Landa (Bahrein-Mcclaren), l’inoxydable Alejandro Valverde, 39 ans, qui est à son 11e Tour de France et qui est toujours capable de faire mal en Montagne. Nairo Quintana (ces colombiens sont fantastiques) de l’équipe Arkea Samsik est déterminé à faire enfin bonne figure sur la Grande Bouble où il a trop souvent alterné le bon et le moins bon.

Moi je mettrais bien une petite pièce sur Tadej Pogacar, l’étoile montante du cyclisme mondial qui évolue au sein de l’équipe UAE Emirates. Le jeune slovène possède toutes les qualités requises pour briller de mille feux sur une course de 3 semaines mais les spécialistes s’accordent à dire que le phénomène est encore trop jeune pour prétendre jouer les premiers rôles dans une épreuve de cette envergure.

N’oublions pas qu’Egan Bernal a remporté le Tour l’année dernière à l’âge de 22 ans, Pogacar a 20 ans et il peut créer l’exploit, son seul handicap c’est son équipe qui ne possède pas l’armada de l’équipe Ineos qui a sans doute sur le papier l’équipe la plus impressionnante (Andrey Amador, Egan Bernal, Richard Carapaz, Jonathan Castroviejo, Michal Kwiatkowski, Luke Rowe, Pavel Sivakov, Dylan van Barle). Les autres coureurs du peloton qui évoluent dans d’autres registres tels que les puncheurs, les rouleurs, les baroudeurs, les sprinteurs vont aussi assurer le spectacle. Comment ne pas citer la superstar du cyclisme Peter Sagan (Bora Hansgrohe) qui va faire encore le show et procurer des frissons aux spectateurs et aux téléspectateurs par sa façon unique de courir.

Le slovaque tentera de ramener pour la 7e fois sur les champs Élysées, le maillot vert du meilleur sprinteur. Julian Alaphilippe, Philippe Gilbert, Thomas De Gendt , Romain Bardet, Wout Van Aert, Alexey Lutsenko, John Degenkolb auront à cœur de faire le spectacle. Malheureusement pour cette année, l’Afrique ne sera pas représentée, lors des éditions précédentes les coureurs de l’Afrique de l’Est s’étaient bien installés dans le peloton du Tour de France. On pense notamment aux érythréens Natnael Berhane, Daniel Teklehaimanot (il fut en 2015 le premier coureur africain noir à revêtir un maillot distinctif sur le Tour de France), Merhawi Kudus à l’éthiopien Tsgabu Grmay. Le jeune et très talentueux coureur rwandais Joseph Areruya aurait pu participer à la Grande boucle mais son équipe, Delko Marseille n’a pas été invitée par les organisateurs du Tour. Ce n’est que partie remise car le continent africain dispose d’un formidable vivier de coureurs qui vont sans aucun doute bouleverser la hiérarchie mondiale dans les années à venir. Du 29 août au 20 septembre je vous ferai ressentir les frissons du Tour de France, une épreuve sportive pas comme les autres. Que du bonheur.

Partagez

Commentaires

Foumi
Répondre

Excellent article ! On sent la passion à la lecture de chaque phrase. Dommage qu'il n'y ait aucun Africain au départ de la grande Boucle cette année. Je pense que Roglic part favori surtout avec ce tracé, mais l'équipe Ineos est coriace. Si Bernal ne présente pas les mêmes défaillances que sur le Critérium du Dauphiné, on devrait avoir une sacrée bagarre.

Ici, on n'a pas la même passion du Tour qu'à Bobo. J'ai hâte de vivre ce Tour en ta compagnie, vu de Bobo-Dioulasso.

Traore Amos Joel Yohane
Répondre

Merci beaucoup Foumi, comme tu l'as dit, le cyclisme c'est une véritable passion. Pour les africains, ils reviendront en force