Avec Wazal, Ayissi Joseph magnifie la mode africaine

Article : Avec Wazal, Ayissi Joseph magnifie la mode africaine
29 septembre 2020

Avec Wazal, Ayissi Joseph magnifie la mode africaine

Ayissi Nga Joseph fait partie de cette nouvelle génération de talents qui veulent présenter au monde tout ce que le continent africain possède de meilleur. Le jeune franco-camerounais parcourt le monde pour valoriser la culture africaine à travers sa ligne de vêtements Wazal. Ayissi Nga Joseph a créé la marque en 2005, et le succès fut au rendez-vous. Pour créer ses modèles, le jeune styliste s’inspire de la richesse culturelle de l’Afrique et n’hésite pas à faire des mélanges avec la culture européenne et américaine.

Wazal est dérivé du nom d’un parc naturel au Cameroun et fait référence au lion, animal emblématique du pays de l’Afrique centrale. Pour mettre au point ses créations, le jeune Ayissi ne se fixe aucune restrictions et aime combiner différentes matières et couleurs tout en restant dans un univers qui fait référence à l’Afrique.

Le styliste au parcours atypique a de grandes ambitions et il veut faire de la culture africaine un label de référence à travers Wazal Couture. Dans ce nouveau billet, je vous amène à la découverte d’Ayissi Nga Joseph. Il m’a accordé une interview dans laquelle il relate son parcours, son ascension fulgurante, ses projets pour le continent africain et les différentes distinctions qu’il a obtenus au cours de ces dernières années.

Qui est Ayissi Nga Joseph et quel est son parcours ?

Tout d’abord merci de m’avoir offert l’opportunité d’apparaître sur votre plateforme. J’en suis honoré. Je me nomme AYISSI NGA Joseph-Marie alias JJ DU STYLE L’ANGE DE LA MODE, créateur de vêtements street chics de nationalité franco-camerounaise. Je suis né à Yaoundé, capitale administrative du Cameroun, fils d’Ayissi Nga Pierre Célestin, styliste dans les années 1980.

Pour faire un peu d’histoire et de géographie, le Cameroun se situe au centre de l’Afrique et avait pour premier nom Rio Dos Camarões, nom portugais signifiant la rivière de crevettes. Au fil des années, je me suis surtout découvert une passion pour les travaux manuels.

Ayissi Joseph- Crédit Photo Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

« Le lancement de ma propre marque de vêtements me permet de rendre hommage à mon père, mon guide »

Toucher les matières, sentir leurs différences, les assembler, c’était fascinant pour moi. Toujours dans cette lancée, je me suis tourné vers la mécanique en étant convaincu que le travail manuel me correspondrait plus que tout autre chose. Ce sont deux métiers bien distincts, qui m’ont permis de confirmer mon intérêt pour tout ce qui est travail manuel. Surtout, le lancement de ma propre marque de vêtements me permet de rendre hommage à mon père, mon guide.

J’ai suivi une formation de mode à l’école Vanessa Ruiz à Paris. J’ai créé à ce jour quatre collections : Braguette Tété (je m’inspire de la braguette du jean pour faire des vestes smoking), Africafutur (je m’inspire de la carte d’Afrique pour créer des t-shirt ou j’utilise du Milano et du wax africain) WazalRock (c’est une mode un peu rebelle avec des matières de couleur noir et du cuir noir), Ova Tété (« Ova » qui veut dire « la grandeur plus grand » et « Tété » qui signifie « enfant de bourgeois »). Ce travail de création m’a valu une nomination au Beffta awards (Black entertainment film fashion television arts sports and leadership) en 2016.

Collection Braguette Tété – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation
Collection Ova Tété – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

« Je vis pour mon projet, mes ambitions »

Collection Africafutur – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors du processus de création de Wazal ?

Les plus grosses difficultés quand j’ai commencé, il y en a plusieurs. Déjà, trouver des personnes qui vous font confiance et en qui vous avez confiance. Quand on débute dans le métier, il est parfois compliqué de trouver ces personnes prêtes à croire en vous et à avancer avec vous. Ensuite, c’était le financement pour lancer les collections, communiquer, prendre part à des événements pour me faire connaître, etc.

On a aussi l’entourage qui parfois ne comprend pas pourquoi on se lance. Surtout dans un domaine de niche tel que celui de la mode. Il y a tellement d’exemples mais je pense que toutes ces épreuves permettent de tester notre foi en notre projet, de renforcer nos convictions et notre volonté d’aller au bout. C’est à cet instant qu’on comprend la phrase « je vis pour mon projet, mes ambitions ».

Quels sont vos sources d’inspiration et quels genres de tissus utilisez-vous pour vos créations ? 

J’utilise du kenté, du bazin, le ndop, tissu camerounais et autre étoffe d’Afrique. Je m’inspire du code vestimentaires ghanéen et nigérien pour créer mes vêtements Wazal. Mes matières premières viennent principalement d’Afrique. En effet, à travers mes créations, c’est le continent que je souhaite valoriser et pour ce faire, je vais chercher les meilleurs produits de chaque pays. Donc mes clients portent des matières provenant du Ghana, du Nigéria, de la côte d’Ivoire, du Cameroun ou encore de la France.

Le style Wazal Couture – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation
Credit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation
Wazal création – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

Vous avez la particularité de faire des brassages entre différentes cultures pour valoriser vos créations. Dans une société où les questions de « races » créent des tensions, quel est le message que vous souhaitez véhiculer ?

A travers mes créations Wazal, je valorise le vivre ensemble et présente nos richesses culturelles sur toutes les formes. Le respect de la richesse culturelle, les éléments qui nous entourent et la créativité sans limite.

Wazal a convaincu de nombreuses personnalités du monde du showbiz et du sport. Quelles sont ces personnalités qui s’habillent en mode Wazal ?

Je remercie effectivement ces personnalités qui porte la marque Wazal : l’acteur et humoriste Fabrice Eboué qui a joué dans le film « Le Crocodile du Botswanga ». Le footballeur international ivoirien passé par le FC Séville, Romaric Koffi, l’artiste musicien anglais, Wayne Beckford, les rappeurs Lalcko, Al Peco, Brasco, Layone le Philosophe, Alpha 5.20, la star du RnB français Matt Pokora.

Promouvoir la mode africaine, telle est la devise de Wazal Couture.
Promouvoir la mode africaine, telle est la devise de Wazal Couture – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation
Promouvoir la mode africaine, telle est la devise de Wazal Couture.
Credit photo – Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

En 2013, vous avez eu l’opportunité de présenter vos collections à la fashion night de l’Élysée. Qu’est-ce que cela vous a apporté en matière de visibilité ?

En 2013, j’ai présenté une collection à la Fashion Night à l’Elysée – Lounge de Paris. Il s’agissait d’une rétrospective de trois de mes concepts précédents appelé Wazalrock, Africafutur et Braguette Tété, qui s’appuient sur des critères qui ont depuis symbolisé mon parcours : audace, respect, et créativité. C’était un moment de joie et de bonheur et dans cette continuité, j’ai eu le plaisir d’être invité à Rouen, dans la province de Paris, puis en Suisse pour être juriste de miss Cameroun. Sans oublier l’invitation à l’ambassade du Cameroun, pour une exposition. Ça s’est enchaîné !

Quelles sont les distinctions que vous avez obtenues depuis le lancement de la marque Wazal ? Peut-on dire qu’aujourd’hui, Wazal s’est imposé dans l’univers hyper-concurrentiel de la mode ?

J’ai été nommé au Beffta Awards à Londres en 2016, mais je n’ai pas pu y participer à cause de certaines contraintes. Créé un nom demande du temps, de la constance, de la rigueur et beaucoup d’autres atouts que mon équipe et moi peaufinons au quotidien pour atteindre le niveau d’excellence que je vise. Grâce à Dieu, j’y arriverai !

Collection Wazal Couture.
Collection Wazal Couture – Crédit photo : Ayissi Joseph, avec son accord pour utilisation

Quelle est la place de Wazal sur le marché africain ? Avez-vous des projets en vue sur le continent ? Wazal peut-il s’inscrire dans le long terme en Afrique ?

La marque Wazal a plusieurs années de carrière et a créé plusieurs concepts qui furent approuvés dans le monde entier, et notamment sur le marché africain et dans l’hexagone. Je dirais que j’ai une place à conserver. Les projets en vue sur le continent africain, j’en ai plusieurs : je compte créer une usine de fabrication au Cameroun, dans le but de créer des emplois et par la suite, avec la grâce de Dieu, avoir des boutiques pour exposer nos créations avec mon équipe, mes différents directeurs marketing et directrices de communication qui travaillent d’arrache-pied pour que le projet Wazal puisse se pérenniser sur le long terme.

Quelle vision avez-vous pour Wazal dans les années à venir ?

Nous travaillons sur la conception d’un blog qui permettra à ceux qui nous suivent d’y retrouver toutes nos actualités, que ce soit vestimentaire ou même en ce qui concerne la bande dessinée, la légende de Wazal. On pense à l’organisation d’un showroom et à la création de notre propre usine de fabrication?

Quel est votre message pour les jeunes stylistes africains qui se battent au quotidien pour valoriser la culture africaine ?

Croyez en vos rêves tout simplement et soyez prêts à faire DES SACRIFICES. Rien n’est simple dans la vie. Aussi, prenez vos échecs pour des leçons et non pour une fatalité.

Wazal Couture en plein shooting
Partagez

Commentaires

Fanchon
Répondre

Merci pour ce beau portrait. Je suis cet artiste avec intérêt.
À retrouver sur Mondoblog également, un beau billet sur la BD qu’il a créée. Audace et subtilité, un vrai coup de génie.

Traore Amos Joel Yohane
Répondre

Effectivement, merci beaucoup