Les bienfaiteurs pour aînés : une initiative pour une société épanouie

Article : Les bienfaiteurs pour aînés : une initiative pour une société épanouie
Crédit:
15 février 2021

Les bienfaiteurs pour aînés : une initiative pour une société épanouie

Avec la pandémie de coronavirus, notre modèle sociétal a connu un profond bouleversement. Tout un système que l’on pensait invulnérable a été ébranlé. Le coronavirus a infecté des millions de personnes à travers le monde, et a causé beaucoup de décès.

Le taux de morbidité est plus élevé chez les personnes âgées. Mais personne n’est épargné. La maladie a eu un impact économique dévastateur, avec la perte de nombreux emplois. Les jeunes font partie de la tranche d’âge la plus impactée par les conséquences socio-économiques de la maladie à coronavirus.

Une mobilisation et des valeurs

En effet, au niveau mondial, les perspectives d’emplois s’amenuisent pour beaucoup de jeunes. Rien pour le moment ne laisse présager qu’il y aura une amélioration : la pandémie n’a pas encore été maîtrisée. Au Canada, dans la province du Québec une initiative a été mise en place dans le but de permettre aux jeunes de bénéficier d’expériences en apportant assistance à des personnes âgées. Il s’agit de l’initiative les « bienfaiteurs pour aînés ».

Ce programme permet à des jeunes étudiants d’horizons divers de faire une immersion dans leur communauté pendant cette période trouble pour porter assistance aux « aînés ». Partons à la découverte des étudiants de la concentration Entrepreneuriat de l’école secondaire privée Saint-Jean-Eudes au Québec.

Les jeunes de l’initiative qui prépare le ravitaillement des aînés, avec le sourire en plus! Crédit Photo: Jacques Pelletier depuis www.quebechebdo.com avec permission accordée pour usage

Ces jeunes ont fondé un groupe. Un genre de service d’aide pour les aînés afin de faciliter le quotidien de ces derniers, plus exposés au coronavirus. Ces jeunes se proposent donc de faire les courses des aînés, dans les épiceries par exemple. Cela permet de limiter les risques de contaminations sur les personnes âgées.

Une interaction entre deux générations

Il faut dire que lorsque la pandémie a frappé le Québec, les dirigeants ont instauré des mesures restrictives draconiennes. Ils ont appelé les personnes âgées à rester chez eux car ils faisaient partie de ce groupe de personnes dit « à risque ». Les seniors n’avaient d’autres choix que de se cloisonner chez eux. Etant donnée la situation, des jeunes étudiants ont décidé de faire quelque chose.

« Ça a commencé quand j’ai écouté la première annonce de François Legault qui demandait aux gens âgés de rester à la maison. J’ai pensé à mes grands-parents et je me suis demandé comment je pouvais me rendre utile? L’idée de faire l’épicerie des aînés m’est venue en tête et j’ai commencé à mettre les choses en place »

Alycia Lachance, étudiante de l’école secondaire privée Saint Jean-Eudes département concentration Entrepreneuriat

Cette bande de jeunes s’organise pour faire les courses des aînés. Ils ne demandent qu’une modique somme pour assurer leurs déplacements, le reste il gère (oh yeah, je les adore !!!). Pour être efficace et apporter assistance à une grande majorité de seniors, ils ont délimité leur surface d’intervention en trois zones que sont: Beauport, Charlesbourg et Limoilou.

Crédit Photo: Jacques Pelletier depuis www.quebechebdo.com avec permission accordée pour usage

Une organisation de tous les instants

Ces jeunes gens dynamiques, plein de volonté, et de détermination, sont remplis d’humanité. Ils veulent rendre la vie de leurs aînés plus agréable durant cette période exceptionnelle.

« C’est simple, il y a des gens de notre groupe qui résident dans ces territoires et c’est comme cela que nous avons décidé de la zone à couvrir. Le principe est que les gens peuvent nous donner leur liste d’épicerie sur notre page Facebook ou par téléphone et nous nous rendons à l’endroit qu’ils veulent pour faire les emplettes. Ils peuvent payer par virement interac ou par argent comptant. Nous ne demandons pas de dépôt à moins d’une épicerie qui va au-delà de 200$ »

Marika Poirier, membre du groupe d’aide

Lorsque la pandémie était à son pic durant la période de mars-avril, le pape François avait indiqué que la Covid-19 était une occasion pour l’être humain de faire un choix. Montrer soit son côté obscur soit sa bonté à la face du monde, eh bien, je crois que ces jeunes montrent la voie.

Conscient que le virus se propage très vite, les jeunes étudiants prennent toutes les dispositions pour respecter les mesures sanitaires, rien n’est laissé au hasard, une organisation quasi militaire est en vigueur et chaque membre doit s’y conformer scrupuleusement.

« On prend ça vraiment au sérieux. Il n’est pas question de contaminer qui que ce soit. On a beaucoup lu sur sur le sujet et nous avons consulté également un spécialiste. Nous désinfectons le panier d’épicerie avant de faire les emplettes. Nous portons des gants et des masques et quand nous allons porter les sacs, nous demandons aux personnes âgées de demeurer à une bonne distance (minimum de deux mètres) de notre personne »

Alycia Lachance.
Deux générations qui se tirent vers le haut, c’est tout simplement génial ! Crédit Photo: Jacques Pelletier depuis www.quebechebdo.com avec permission accordée pour usage

Poursuivre après la pandémie

L’initiative des « bienfaiteurs pour aînés«  permet de revitaliser le quotidien de ces jeunes étudiants. De nombreux jeunes sont aujourd’hui au bord de la dépression à cause de la monotonie de leur quotidien. Ils ne peuvent plus rencontrer grand monde à cause des règles imposées, par les mesures de restrictions, notamment dans les universités.

Cela permet aussi à ces jeunes qui préparent une carrière d’entrepreneur, de se familiariser avec le quotidien d’un entrepreneur actif. Il va à la rencontre des gens, recueillent leurs besoins. Il crée ensuite un bien ou un service capable de prendre en compte ces besoins.

En plus du bonheur et de l’assistance qu’ils apportent à leurs aînées, ces jeunes peuvent bénéficier de nombreux conseils et astuces qui vont les aider dans leur parcours de vie. Ce n’est que du bénéfice. Les jeunes bienfaiteurs comptent poursuivre l’initiative après la pandémie.

« Finalement, j’aimerais ajouter que le service restera disponible même si notre école ouvre à nouveau ses portes. Nous serons là pour nos utilisateurs, ce n’est pas drôle de rester enfermé à la maison, et si on peut leur faciliter la vie, on va le faire »

Alycia Lachance

Les membres de l’initiative ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin. Ils ont commencé cette formidable aventure il y a quelques mois, lorsque les écoles et universités avaient dû fermer leurs portes pour freiner la propagation du coronavirus. Ces futurs jeunes entrepreneurs envoient un message, une leçon de vie pour montrer que tout le monde peut s’occuper de maintenant pour le bien de demain.

« Je pense aux gens. C’est ce qui me préoccupe : les gens. Penser aux gens est une onction, ça me fait du bien, ça me sort de la préoccupation de moi-même »

Pape François

Vous pouvez retrouver l’actualité de ces braves jeunes gens sur la page Facebook officielle Les jeunes à l’action

Partagez

Commentaires