Les Red Tails, L’Unité Historique De La Seconde Guerre Mondiale

Les Red Tails sont entrés dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, ils furent la première unité de pilotes composés uniquement de noirs dans l’aviation américaine à combattre durant le second conflit mondial. Dans les premières années de la guerre, les pays de l’axe avec en tête l’Allemagne et sa redoutable Luftwaffe ont infligé de lourdes défaites occasionnant d’énormes dégâts aux forces alliés. Par la suite l’entrée en guerre des États-Unis et le ralliement de l’Ex-URSS suite à la rupture du pacte de non agression signé quelques années plus tôt avec l’Allemagne nazis, ont inversé le rapport des forces. L’emblématique Winston Churchill qualifia cette période de « reflux de la marée ». Cependant les dégâts occasionnés lors des batailles précédentes étaient conséquents au sein de l’armée de l’air des alliés. Pour faire face à ce déficit, une unité de pilote sera mise sur pied et ces pilotes ne s’imaginaient pas qu’ils allaient entrer dans l’histoire. En effet durant cette période, la ségrégation raciale était très présente aux États-Unis et c’est dans ce contexte, que les premiers pilotes noirs furent formés à la base aérienne de Tuskegee. Ils avaient comme commandant le colonel Benjamin Davies Taylor qui a suivi sa formation au sein de la prestigieuse académie militaire de l’armée américaine « West Point ». Alexander Jefferson, un des pilotes de l’unité encore vivant décrit le colonel Davies comme un homme de poigne, charismatique, et extrêmement intelligent, il faut dire qu’il s’est forgé un mental d’acier durant sa formation à West Point où il était souvent victime de racisme.
Lancer dans le grand bain des combats aériens, les Red Tails n’ont eu que peu de temps pour maîtriser l’avion de combat des forces américaines de l’époque le « P51 Mustang » ils n’ont pas eu de cadeaux et ont dû faire leurs preuves. Lors de leurs premières missions, ils devaient escorter les bombardiers alliés quand ceci devait pilonner différentes villes allemandes. Les Red Tails menaient tellement bien leurs missions d’escorte que les pilotes des bombardiers les réclamaient à chaque fois sans savoir que l’unité était essentiellement composée de pilotes noirs. Malgré ces bons résultats, le colonel Davies était intransigeant envers ses hommes, il ne tolérait pas la moindre erreur car de nombreux gradés de l’aviation américaine guettaient le moindre faux pas de l’unité pour la dissoudre et la taxer d’incompétente. Malgré les mauvaises intentions de la hiérarchie militaire, les Red Tails ont accompli avec brio toutes leurs missions d’escorte, quand ils revenaient à la base ils fêtaient chacune de leurs victoires en faisant des tonneaux à basse altitude ; ils détonnaient vraiment des pilotes de l’époque.
Après avoir connu de lourdes défaites et face aux immenses dégâts matériels occasionnés par les bombardements massifs des alliés, Hitler dos au mur rassemble toutes les forces aériennes de la Luftwaffe pour protéger Berlin avec notamment l’apparition du premier chasseur à réaction de l’histoire le «Messerschmitt Me 262 ». Face à ce nouvel armement ultrasophistiqué nazi, ce sont les Red Tails qui sont sollicités pour l’affronter et porter l’estocade finale au Reich. À bord de leurs P51 Mustang, nettement moins rapide que le ME 262, les Red Tails entreront dans l’histoire en détruisant plusieurs de ces avions à réaction scellant ainsi le sort de la Luftwaffe et du 3e Reich. Tout simplement phénoménal, les Red Tails ont réussi où personne ne les attendait. Ces exploits leur valurent le respect et la reconnaissance de la hiérarchie militaire. Les Red Tails demeurent à ce jour l’une des rares unités à avoir reçu trois citations présidentielles. Mais le paradoxe, est que la presse blanche qui contrôlait le système de presse aux États-Unis à l’époque n’a pas fait échos des exploits de ces valeureux combattants des airs si bien que lors de leur retour au pays de l’oncle Sam ils ont été accueilli avec ingratitude, le système ségrégationniste était alors très ancré, l’on vantait le mérite des pilotes blancs qui eux aussi, ont réussi des exploits sans mettre en avant le mérite les Red Tails qui ont porté le coup de grâce à Hitler. L’armée de l’air consciente de l’apport inestimable des Red Tails mettra fin à la ségrégation en son sein dès 1948. Les Red Tails en chiffres c’est : 111 avions abattus en l’air, 150 avions abattus au sol, 150 wagons de train détruits et ils perdirent 66 aviateurs. Ils étaient tellement innovants dans leurs techniques de combat que les pilotes allemands les surnommèrent « les Luft gangster » littéralement les gangsters des airs. En mettant fin au fascisme en Europe et à la ségrégation au sein de l’armée de l’air, les Red Tails ont écrit une page d’histoire confirmant que chacun peut réaliser l’exceptionnel quand il y a une vraie égalité des chances.