Avec le projet Methanescraper, Marko Dragicevic va révolutionner la gestion des déchets

Article : Avec le projet Methanescraper, Marko Dragicevic va révolutionner la gestion des déchets
8 octobre 2020

Avec le projet Methanescraper, Marko Dragicevic va révolutionner la gestion des déchets

Dans plusieurs zones du globe, de grandes agglomérations sont confrontées au problème crucial de la gestion des déchets. Marko Dragicevic est lauréat du prix Skyscraper grâce à son projet « Methanescraper », un centre d’élimination des déchets sous forme de gratte-ciel. Il nous accorde cet entretien.

Malgré la présence d’infrastructures qui permettent la collecte des déchets, il n’est pas toujours évident de s’en sortir. Avec l’extension des villes et l’accroissement de la population, la quantité de déchets produite ne fait qu’augmenter. Cela occasionne de nombreux désagréments en matière de salubrité et de santé pour les populations. Il n’est ainsi pas rare de voir dans des zones de l’Afrique, de l’Asie ou même de l’Europe et de l’Amérique des populations habituées à vivre dans des endroits extrêmement insalubres.

Généralement, la majorité des déchets sont constitués de déchets organiques. Une fois décomposés, ils dégagent alors un certain nombre de gaz nocifs pour la santé des populations. La problématique de la gestion des déchets est désormais prise très au sérieux au niveau international. L’humanité est aujourd’hui à un stade où il faut prendre des décisions fortes et audacieuses pour la préservation de l’environnement.

Dans l’histoire de l’humanité, l’Homme n’a sans doute jamais été confronté à des défis aussi cruciaux pour sa survie. Cependant, grâce à différentes avancées scientifiques révolutionnaires, l’espèce humaine dispose de nombreux atouts pour agir en faveur de l’environnement. Désormais, nous n’avons plus le choix. Il faut trouver des solutions pour permettre aux humains de continuer à vivre paisiblement sur terre.

Le projet Methanescraper

Des projets innovants sont en train de voir le jour afin de mieux valoriser les déchets organiques. Au nombre de ces projets, on peut ainsi citer celui du jeune serbe, Marko Dragicevic. Il fait partie de cette nouvelle génération d’architectes qui veulent proposer des solutions pour faire face aux défis auxquels sont confrontées les populations des grandes villes en matière d’insalubrité. En 2019, Marko Dragicevic a ainsi été le grand lauréat du prix Skyscraper, du magazine de design et d’architecture américain eVolo. Le jeune architecte a remporté ce prix grâce à son projet Methanescraper (« tour de méthane »).

S’appuyant sur la ville de Belgrade, cette innovation consiste à générer sur la rive gauche du Danube un équilibre, formant un nouvel élément socio-industriel. Cette nouvelle structure urbaine peut être définie comme un contexte anticipé de surpopulation et d’urbanisation de masse, où le complexe de systèmes de décharges verticales sert de réponse aux quantités toujours croissantes de déchets jetables, à la pénurie de ressources naturelles et d’espace utilisable, transformant les structures informelles de Belgrade en un mécanisme de recyclage matériel, économique et sociétal.

Marko a mis au point le projet Methanescraper qui est le fruit de sa thèse de recherche, nommée « District 3 ». C’est une étude de la pollution par les déchets dans la partie orientale du territoire de la ville de Belgrade, la capitale de la Serbie. Avec le projet Methanescraper, Marko Dragicevic propose une approche révolutionnaire pour le traitement des déchets. Pour la rédaction de ce billet, il m’a fait l’honneur de m’accorder une interview. Marko Dragicevic nous parle de son projet Methanescraper et de son impact dans la lutte contre la pollution de l’environnement.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet « Methanescraper » ? 

Methanescraper est un centre d’élimination et de recyclage des déchets sous la forme d’un gratte-ciel. C’était l’un des segments de mon projet de master et de ma thèse intitulée « District 3 », qui était une étude de la pollution par les déchets dans la partie orientale du territoire de la ville de Belgrade. Methanescraper propose une approche verticale des décharges, où le contact entre les déchets et l’environnement serait minime, voire totalement inexistant.

Le dispositif Tour de Méthane
Une infrastructure en forme de gratte-ciel qui permet de traiter les déchets – Photo envoyée par Marko Dragicevic avec son accord pour utilisation

Votre projet propose une solution innovante de collecte et de valorisation des déchets organiques. Peut-on dire que le projet Methanescraper est la solution ultime pour relever l’énorme défi de la gestion des déchets? 

La gestion des déchets continue d’être un problème pour de nombreux pays, en particulier pour les pays en développement. Il y a plusieurs raisons à cela, comme un financement insuffisant, des infrastructures sous-développées, le manque de décharges sanitaires… Et à côté de cela, il y a aussi un facteur d’une certaine mentalité des gens, où ils ne pensent pas vraiment à où leurs déchets va. Methanescraper, en plus de sa capacité à stocker les déchets, en raison de son énorme visibilité et de sa hauteur imposante, peut être vu de très loin et peut toujours servir de rappel de la présence constante de nos déchets. La plupart du temps, ils ne disparaissent pas simplement, et vont être stockés quelque part. C’était l’un des principaux points conceptuels de ma thèse.

La particularité du projet Methanescraper est de collecter les déchets organiques dans une sorte de capsules stockées verticalement le long des tours. Votre modèle est-il déjà opérationnel dans différentes parties du monde?

Le projet est purement conceptuel et son objectif principal est d’inspirer à la discussion sur nos déchets. Techniquement, il faudrait encore beaucoup d’essais et de recherches scientifiques pour conclure à ses avantages et à sa rentabilité. Les capsules mentionnées dans la question seraient un excellent point de départ, car elles pourraient être attachées aux unités d’habitation / restaurants / usines en tant qu’installation indépendante, où les gens élimineraient leurs déchets organiques et obtiendraient en retour du méthane.

Un projet révolutionnaire pour le bien être de la terre – Photo envoyée par Marko Dragicevic avec son accord pour utilisation
Photo envoyée par Marko Dragicevic avec son accord pour utilisation

Votre innovation offre la possibilité de récupérer du méthane pour produire de l’énergie, comment est-ce possible?

La collecte du méthane à partir des déchets organiques n’a rien de nouveau. Ce système est utilisé dans la plupart des décharges sanitaires bien équipées. Lorsque la matière organique pourrit, elle produit du méthane qui peut être collecté et utilisé pour l’énergie électrique. Sinon, il peut être un polluant ou, pire encore, un catalyseur d’incendies de décharge désastreux car il est hautement inflammable. Le methanescraper utiliserait des collecteurs de méthane conventionnels. La seule différence serait qu’ils seraient installés verticalement et dans les airs au lieu d’être enfouis profondément dans les décharges.

Notre monde est confronté à une pollution à grande échelle des déchets plastiques. Le projet Methanescraper peut-il contribuer à lutter contre cette pollution plastique?

Heureusement, la majeure partie du plastique peut être recyclée, ce qui est une tâche pour une autre partie du district 3. Le plastique non recyclable, comme le PVC, pourrait très bien être mis dans les autres tours de D3 pour élimination, où il pourrait si jamais la science découvre comment, être dégradée avec des bactéries mangeuses de plastique ou une autre méthode. Sinon, les tours serviraient de musée éternel de la jonque humaine.

En quoi la ville future est-elle différente de la ville actuelle ? Quels nouveaux éléments seraient nécessaires pour une ville dans les décennies à venir ? 

Nombreux sont ceux qui étudient ce sujet, en particulier les sociologues, les architectes et les ingénieurs. Ils concluent presque toujours à l’unanimité que l’espace libre devient plus précieux, que notre impact sur l’environnement s’accentue et que les ressources disponibles diminuent.

On peut donc dire que la civilisation humaine se trouve actuellement dans une position spécifique. Les villes, en tant qu’épicentres de la civilisation, jouent un rôle très important dans sa préservation. Plus la population des villes augmente, plus nous avons besoin de ressources. Il a été prouvé qu’une personne vivant en ville peut produire jusqu’à quatre fois plus de déchets qu’une personne à la campagne. Ces déchets urbains sont généralement acheminés vers la décharge la plus proche et y sont enfouis.

« Nous gaspillons potentiellement une grande quantité de matière utilisable. »

Cependant, en faisant cela, nous ne polluons pas seulement le sol, l’air et les eaux souterraines. Nous gaspillons potentiellement une grande quantité de matière utilisable. Outre les matières recyclables qui, autrement, seraient simplement enfouies, le gaz méthane, qui peut être recueilli lors de la décomposition des déchets organiques, peut être extrêmement précieux car il peut être transformé en énergie électrique.

Pouvez vous nous expliquer un peu le fonctionnement de votre dispositif ? 

En donnant l’exemple de la ville de Belgrade, ce projet change le modèle d’une décharge typique en une infrastructure verticale brute. Les tours sont alors basées sur des modules et chaque tour est constituée de capsules de déchets fixées au noyau de béton.

Tout d’abord, les déchets de la ville sont acheminés vers des installations de tri. Ils y sont classés par type (verre, plastique, matière organique, papier, bois, métal), puis envoyés vers une décharge temporaire. Les déchets recyclables sont amenés à l’installation de recyclage. Les matières organiques, les parties de bois et les matériaux en papier sont rassemblés et éliminés dans des capsules de déchets modulaires. Ces capsules sont fixées au noyau de la tour par des grues. Chaque capsule est équipée d’un inhalateur et d’une canalisation qui la relie au réservoir de méthane.

« Quand la matière organique pourrit, le méthane produit par le processus est extrait de chaque capsule et transformé ultérieurement en énergie. »

Lorsque la matière organique pourrit, le méthane produit par le processus est extrait de chaque capsule et transformé ultérieurement en énergie. Quand la matière contenue dans une capsule se décompose complètement, la capsule peut être retirée, nettoyée et remplie à nouveau. Ce type de décharge permet non seulement de réduire considérablement l’impact négatif sur l’air et le sol (puisqu’il n’émet aucun gaz toxique et empêche tout contact des déchets avec l’air et le sol), mais aussi de réduire massivement l’espace nécessaire au stockage des déchets

Quels sont vos plans pour l’avenir ?

Je veux tout simplement continuer à approfondir mes connaissances sur l’avenir durable. Les cellules photovoltaïques, l’énergie éolienne, hydraulique, houlomotrice, le plasma… Les sujets sont infinis. Je pense que nous commençons tout juste à nous engager pour un avenir plus vert, ce qui le rend excitant.

Photo envoyé par Marko Dragicevic avec son accord pour utilisation

Cette interview fut riche en enseignement. Depuis plusieurs années, les décideurs politiques, au plan international, gaspillent du temps lors des sommets pour le climat sans vraiment actionner des réformes audacieuses en faveur de l’environnement.

Généralement, au cours de ces rencontres internationales, rien de concret ne se dégage et les discours creux des décideurs font froid dans le dos vu l’urgence de la situation. Marko Dragicevic montre qu’il est possible d’apporter des pistes concrètes au problème de la gestion des déchets. Le jeune homme se définit comme un anticonformiste, il rêve d’un monde en phase avec la nature. L’architecte a pris la décision de s’engager pour un avenir durable et il se donne les moyens pour atteindre son objectif.

Avec Methanescraper, le contact entre les déchets et l’environnement est pratiquement inexistant. La vision à long terme de Marko Dragicevic est d’équiper les logements, les restaurants, les usines avec son dispositif afin que tout individu puisse éliminer ses déchets organiques et obtenir en retour du méthane recyclé pour la production d’énergie.

Grâce à son esprit d’innovation avec Methanescraper, Marko Dragicevic a ainsi donné rendez-vous à l’humanité tout entière. Engageons nous maintenant, investissons massivement dans ces technologies qui permettront d’atténuer l’impact des activités anthropiques sur la santé de notre planète. Nous devons avoir à l’esprit que nous sommes le dernier espoir de la terre.

Partagez

Commentaires